Depuis plus de 50 ans au cœur de l’agglomération Toulon Provence Méditerranée
6 juil

Votre agence immobilière de Toulon vous conseille de ne pas acheter un bien qui vous coûte trop cher !

indoors-3101776_1280

Vous êtes sur le point d’acheter un bien immobilier à Toulon ? Lorsqu’on achète, il faut tout vérifier : l’état de l’appartement, ses points forts et ses points faibles, mais également les finances de la copropriété et ne pas oublier de faire aussi le point sur les travaux votés en assemblée générale et sur les charges trimestrielles à payer ! Les acheteurs oublient parfois de s’intéresser à ces dépenses et, pourtant, elles pèsent parfois lourd dans le budget d’un ménage.

Climat économique oblige, de plus en plus de copropriétaires rencontrent des difficultés pour payer leurs charges. Et pour cause, selon le baromètre de Baticopro, site d’information dédié aux copropriétaires, être propriétaire d’un logement en copropriété coûte très cher : 79 % des propriétaires payent plus de 1 000 € de charges par an et  21 % plus de 3 000 €. L’eau et le chauffage sont les causes de ces dépenses. Ils représentent 25% des charges annuelles. Les honoraires du syndic représentent quand même 16% du montant des charges, puis il y a le salaire gardien (15%) et enfin les travaux (13%).

Vous avez visité un appartement qui vous plaît à Toulon ? Rassure-vous, si les documents fournis par le vendeur ne vous semblent pas assez détaillés, vous pouvez contacter toujours le syndic. Ou demandez à votre agent immobilier de mieux vous informer. Il vaut mieux en effet acheter en ayant bien lu tous les éléments. De la même manière, si vous avez le sentiment que le syndic est très cher, qu’il ne gère pas bien la copropriété, cherchez à comprendre. Sachez quand même que la loi vous permet de le remplacer. De toute façon, dans le cadre de la loi ALUR, le conseil syndical a l’obligation de mettre en concurrence tous les 3 ans  plusieurs contrats de syndic.

Il n’existe pas de tacite reconduction en matière de contrat de mandat de syndic, le renouvellement du syndic passe forcément par la validation en assemblée générale. Pour en  changer, il suffit donc de ne pas signer de nouveau contrat et de proposer un contrat concurrent. Les copropriétaires n’ont pas à prouver que le syndic a manqué à ses obligations.

O.D. / Bazikpress © Pixabay

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée